Commentaire Sur La Société Du Spectacle Analyse

Le Spectacle est l'essence illusoire, fantasmatique, mensongère de toute la société moderne. Plus que jamais, la vrie vie est absente. Cette conception de la vie moderne comme aliénation radicale repose sur une analyse de la société industrielle et marchande d'inspiration hégéliano-marxiste. Pour Debord, le capitalisme moderne a fondé.

Le film est une sorte de jalons avant les « Commentaires sur la société du spectacle». Le début du film, avec la diction du livre et le prolongement de la théorie par l’image est vraiment.

Les Commentaires sont publiés en 1988, une vingtaine d'années après la publication de la société du spectacle.. « En des circonstances différentes, je crois que j'aurais pu me considérer comme grandement satisfait de mon premier travail sur ce sujet, et laisser à d'autres le soin de regarder la suite.

La société du spectacle n'existe que par la prise en charge d'une partie de la société de la vie de l'autre, par la scission des groupes humains en deux, ceux qui organisent et les spectateurs. Elle se forme sur la reconstruction du temps collectif. Le même temps, à l'échelle de la planète, uniformise le spectacle et les emplois du temps, abolit le temps. Il devient irréel, abstrait.

La société du spectacle est un essai écrit par Guy Debord en 1967, dans lequel ce dernier s'interroge sur les évolutions du mode de de production, qu'il désigne sous le terme de "spectacles" et ses conséquences sur l'homme. Dans ce texte il défend la thèse que la société du spectacle conduit à de nouvelles formes d'aliénation de l'homme.

D’autant plus remarquable est le geste avec lequel Debord fonde précisément sur cette «trace flagrante» son analyse de la société du spectacle, autrement dit, de la figure extrême que revêt le capitalisme. Le «devenir image» du capital n’est que la dernière métamorphose de la marchandise, où la valeur d’échange a désormais totalement éclipsé la valeur d’usage et.